Bimensuel et Bimestriel

la-presse-ecrite-vouee-a-disparaitre.jpg


Bimensuel et Bimestriel :

 

Qu’il s’agisse de La Gazette de la presse francophone, Chronic’Art, Diplomatie magazine, La Revue : Pour l’intelligence du monde, Les Dossiers d’Archéologie ou Polka magazine, Presse News, La Quinzaine littéraire, L’Actualité On utilise les termes bimensuel et bimestriel pour évoquer certains journaux ou magazines. Mais les utilise-t-on toujours de la bonne façon ?

En effet, bimensuel et bimestriel sont deux termes très ressemblants, ils n’ont pourtant pas le même sens.

Un magazine bimensuel est publié deux fois par mois, comme c’est le cas pour La Gazette de la presse francophoneChronic’Art

Tandis qu’un bimestriel est publié une fois tous les deux mois, soit un mois sur deux, comme c’est le cas pour Polka magazinePresse News

 

Bimensuel, bimensuelle : adjectif. Qui a lieu, qui paraît deux fois par mois.

Bimestriel, bimestrielle : adjectif (latin bimestris, d'après semestriel). Qui a lieu, qui paraît tous les deux mois.

 

Histoire du journalisme en France :

À la veille de la Guerre 1914-1918, les quatre plus grands quotidiens français sont : Le Petit Parisien, Le Matin, Le Journal et Le Petit Journal - devenu célèbre en exploitant l'affaire Troppmann en 1869, ce qui en fait rapidement le principal concurrent du Figaro, fondé en 1826. L'Humanité, lancé en 1904 par le socialiste Jean Jaurès, devient l'organe de presse du PCF.

À la Belle Époque, et durant l'entre-deux-guerres, la presse - dont une partie est financée par la publicité - publie aussi des feuilletons (Gaston Leroux, etc.). D'autres journaux apparaissent pendant l'entre-deux-guerres, tel Paris-Soir, édité par Jean Prouvost, qui recrute de grands noms (Pierre Lazareff, Paul Gordeaux, Blaise Cendrars, Joseph Kessel, Georges Simenon, Antoine de Saint-Exupéry, etc.). Un journal satirique : Le Canard enchaîné, est fondé en 1915 pour protester contre la censure gouvernementale.

Tous les journaux ayant paru sous l'Occupation - dont Le Matin et Le Temps - sont interdits, puis expropriés en 1946 par le GPRF. Le Petit Parisien est remplacé par Le Parisien libéré, ancêtre du Parisien ; tandis que Le Monde de Hubert Beuve-Méry hérite de l'infrastructure de: Le Temps.

Dans les années 1970, alors que l'ORTF réglemente la radio et la télévision, Robert Hersant rachète Le Figaro et parvient à constituer un empire de presse : le groupe Hersant. C'est à la même époque qu'un petit groupe de maos, protégés par Jean-Paul Sartre, fondent Libération, qui devient progressivement l'un des principaux quotidiens de gauche non-communiste. En 1974, la loi Cressard définit les droits des journalistes pigistes.

 

*Sources : Dictionnaire Larousse et Wikipédia*

actualité fois littéraire paris époque bimensuel bimestriel la gazette de la presse francophone chronic'art diplomatie magazine la revue: pour l'intelligence du monde des dossiers d'archéologie polka magazine polka presse news quinzaine journaux mois deux guerre 14 18 1914 1918 guerre petit parisien matin journal troppmann 1869 figaro 1826 humanité 1904 socialiste jean jaurès pcf belle soir blaise cendrars antoine saint exupéry satirique canard enchaîné 1915 censure occupation temps interdits 1946 gprf libéré 1970 ortf radio télévision hersant maos jean-paul sartre libération 1974 loi cressard pigistes journalistes

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site