Une part d'ombre de Mylène Farmer - À quoi je sers ? 1/2


Une part d'ombre de Mylène Farmer : À quoi je sers ?

1/2 : Étude du vidéo clip

mylene-farmer-1989-clip-a-quoi-je-sers-103.jpg

 

Bien que l’on connaisse tous, en grande partie, les œuvres de Mylène Farmer ; prend-on toujours le temps d'aller au plus profond de ses œuvres ?

Je vous propose d'approfondir le regard que vous portez sur le clip de la chanson À quoi je sers ? de Mylène Farmer, et d'en déceler les subtilités.

Ce clip, de prime abord d'une étonnante simplicité, s'avère plein de sens aussitôt que l'on prend le temps d'en étudier chaque aspect. Entre lumière et obscurité, il chemine sans cesse entre l'idée de vie et de mort, en faisant de nombreux détours culturels, religieux... Il ne nous reste alors qu'à étudier les indices disséminés tout au long de cette vidéo.

 

Autant d'effets qu'il y a de sens :

La toute première image du clip est  un découpage horizontal de l'image, séparant ainsi la terre et le ciel, l'ombre et la lumière. L'idée d'un départ, d'un voyage, ou plus symboliquement d'un abandon est mise en avant lorsque la caméra se focalise sur les chaussures de la jeune femme, puis sur sa valise. Les thèmes principaux de ce clip et de cette chanson sont clairs dès le début : le passage de la lumière aux ténèbres, et l'idée du voyage vers l'autre monde.

Un homme, représentant le passeur d’âmes, arrive alors sur sa barque, qui apparaît dans la brume ; cette dernière créant une ambiance de peur, de mort, mais pouvant aussi symboliser le doute, l'égarement d’une âme qui ne sait plus où aller.

On retrouve d’ailleurs cette impression d'égarement dans les yeux de la jeune femme : vides, creux, sans expression. Le visage de l'homme qui, lui, est austère, dur, effrayant, apparaît ensuite à l'envers comme une allusion à l’envers du décor, le revers de la médaille, le mauvais côté des choses. On suppose également que cet homme représente tout simplement la mort. Supposition établie au regard de la rapidité avec laquelle se succèdent les deux images : on passe du visage pâle de la jeune femme, vivante, à l'endroit, à celui de l'homme sombre, froid, à l'envers. Le passage d'un visage à l'autre symbolisant probablement celui de la vie à la mort.

Les deux personnages semblent ensuite s’enfoncer de plus en plus profondément dans l'obscurité ; illusion créée par les roseaux, traversés par la barque, qui deviennent de plus en plus hauts. Ils passent ensuite sous une voûte de roseaux, semblable à une porte sombre : image connue de la descente aux enfers.

 

Interprétations culturelles:

Ce clip fait clairement référence au Styx : fleuve sur lequel Charon - enfant des ténèbres et de la nuit - transporte les âmes des défunts jusqu'aux enfers, le royaume d'Hadès ; selon la mythologie grecque.

L’idée de la descente aux enfers est confirmée, du point de vue du christianisme, par l’idée d’abandon, de suicide, évoquée dès le début, qui ne peut conduire au paradis.

 

À la fin du clip, des personnages viennent chercher la jeune femme de l'autre côté pour l'emmener. Ces personnages sont ceux qu'on peut voir dans les autres clips de Mylène Farmer, nous laissant supposer qu'en mourant elle retrouve ses inspirations passées, elle retourne à ses premières créations. Il s’agirait, en quelque sorte, de renaître de ses cendres ; mourir pour revenir à elle. Elle quitte l'enfer, que représentait sa vie, pour en rejoindre un nouveau, où elle semble être à sa place. Elle ne traîne plus le fardeau de son passé, comme on le devine lorsqu’elle abandonne son bagage dans la barque, et s'en va dans l'obscurité, prête à recommencer une nouvelle errance.


Tiffany Sagnol

mylène farmer à quoi je sers clip étude analyse styx hadès enfer mort vie charon abandon doute barque

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site